Les apports théoriques

Comment aider mon enfant à faire des efforts ?

on

Faire des efforts est une question qui arrive très vite dans  l’éducation de nos enfants. Ils soufflent lorsqu’ils doivent mettre la table. Ils traînent à  ranger leur chambre. Ils ne travaillent pas  à l’école.

Arrive alors, nos agacements et nos peurs de parents :

Est-ce qu’un jour il, elle rangera sa chambre sans que ce soit la lutte ? est-ce qu’il ou elle mettra un jour la table sans que je sois obligé de m’énerver ?

Et dans un avenir plus lointain:

Est-ce que mon fils, ma fille saura être persévérant, faire des efforts dans sa vie lorsque cela sera nécessaire ? Est-ce qu’il saura dépasser ses peurs pour aller décrocher ce job tant convoité ?

Est-ce qu’elle aura la force de partir à l’étranger, loin de sa famille pour appendre des langues étrangères ?

Est-ce que je dois obliger mon enfant à faire des efforts ? Quels efforts sont nécessaires pour réussir dans la vie ? Comment faire pour que mon enfant face des efforts ?  À la maison ? À l’école ?

 

Je vous propose de faire le point et de défricher tout cela.

Alors allons-y.

Qu’est-ce qu’un effort ?

Faire un effort c’est aller au-delà de ses capacités ou compétences actuelles. Qu’elles soient physiques, intellectuelles ou relationnelles.

Faire un effort c’est sortir de sa zone de confort, c’est faire le petit pas qui va nous permettre d’atteindre notre objectif.

Faire un effort c’est aller au-delà du plaisir immédiat. C’est réaliser une action dans le but d’atteindre un plaisir reporté.

 

Il existe 2 types d’efforts

  • Les efforts conditionnés

Ce sont les efforts que l’on fait en espérant recevoir une récompense ou sous la crainte de recevoir un coup de bâton.

On peut se l’imposer à soi-même où ils peuvent nous être imposés par quelqu’un

Par exemple :

Je m’impose de faire le ménage chez moi puis je me récompense d’une friandise.

Un parent donne à son enfant 1euro à chaque bonne note.

 

  • Les efforts intrinsèques

Ce sont les efforts qui émanent de la personne elle-même. L’effort que l’on consent car il va nous apporter quelque chose à nous, pour nous, et sans être tributaire d’une tiers personne.

C’est la motivation que l’on a, car l’objectif à atteindre est important à nos yeux, il est intéressant, nous aimons le faire, il fait partie de quelque chose d’important.

Exemple :

Je m’impose de faire le ménage chez moi car ensuite j’ai le plaisir d’avoir une maison propre.

Mes enfants montent cette colline à vélo car au sommet il y a des jeux extraordinaires.

Ils ne sont pas à négliger.

Ces 2 types d’effort sont certainement complémentaires. Car, je crois que si l’on éduque nos enfants seulement dans l’optique des efforts conditionnés (par amour de la récompense), on risque  de rendre nos enfants dépendants. Dépendants du jugement des autres : ça c’est bien, je te récompense. Ça c’est pas bien, je te punis. En enlevant leur libre arbitre. On les enchaîne au jugement de l’autre ; celui qui donne la récompense ou les coups de bâtons.

 

Pourquoi devrais-je faire des efforts ?

La vie me soutient et m’aide dans mon cheminement en me présentant des expériences sur un plateau d’argent ; mais si je ne saisis pas l’opportunité qu’elle soit sur un plateau d’or ou d’argent, alors je n’avancerai pas.

Et là, je dois faire un effort.

Que ce soit sortir

  • de ma zone de confort
  • dépasser mes capacités physiques, intellectuelles
  • dépasser mes peurs ou mes conditionnements

 

Les 3 clés pour développer un effort intrinsèque et développer l’autonomie de mon enfant.

Les chercheurs ont mis en évidence 3 leviers  pour motiver quelqu’un.

C’est ce que Daniel Pink, journaliste américain, nous rapporte dans son livre « la science de la motivation »

  1. l’autonomie : je peux faire l’action de la manière dont je veux : je dirige ma vie.
  2. la maîtrise : je me surpasse car cela a du sens pour moi, cela compte pour moi.
  3. la pertinence : j’ai envie de réaliser l’action pour être au service de quelque chose qui me dépasse.

 

Avec nos enfants

  • Exemple

Je souhaite motiver mon enfant à ranger sa chambre

L’autonomie : il peut ranger sa chambre à sa manière selon son idée.

La maîtrise : je range ma chambre car je n’ai plus de place pour y mettre le nouveau jouet acheté

La pertinence : je range ma chambre pour participer au rangement de la famille.

et je peux aussi accepter qu’un enfant ne rangera pas de la même manière qu’un adulte.

 

  • Exemple 2

Je souhaite motiver mon enfant à réaliser des tâches ménagères

L’autonomie : il choisit les tâches qu’ils souhaitent effectuer et il les réalise à sa manière

La maîtrise : j’explique pourquoi cela a du sens de les faire (si la poubelle débord cela ne sent pas bon, les papiers tombent continuellement)

 

Les conditions

Pour pouvoir aller au-delà de ses capacités, sortir de sa zone de confort, il est nécessaire que nos enfants aient confiance en eux.

Donc, une de nos tâches est de développer et de soutenir leur confiance.

  • Pour cela, nous pouvons découper leur objectif en petit objectif facilement réalisable

Car il est plus facile de faire 3 petits pas qu’un grand pas pour gravir l’escalier des résultats.

 

  • Souligner le positif lorsqu’ils ont réussi quelque chose

« tu as réussi à descendre cette côte en vélo »

« tu te souviens lorsque tu as porté ce sac de courses si lourd l’autre jour ? »

« je vois que tu as mis la table merci de m’avoir rendu ce service »

 

  • Mais aussi lâcher prise sur le résultat

Alors quel est mon objectif ?

Que cela soit ranger comme je le souhaiterais ou qu’il fasse l’effort de réaliser la tâche ?

 

A propos de Christelle Zanco

Je suis une maman désireuse de devenir la maman cachée au plus profond de moi. La maman du cœur, qui se détache peu à peu de ses conditionnements imposés par mon éducation et par la société. Je cherche le chemin pour y accéder. C'est ceci que je souhaite partager sur ce site en toute humilité et en toute bienveillance. Je ne donne pas de solutions toutes faites mais je souhaite aider à réfléchir celles et ceux qui le veulent. Par mon partage, j'espère que le plus grand nombre réussira à se rapprocher de ce parent qu'il espère être du plus profond de son cœur. Merci à vous. Christelle

4 Comments

  1. Francine

    avril 14, 2018 at 6:39

    très intéressant ton article…j’adore l’idée des 3 « solutions » pour chaque cas…
    Félicitations

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *