Nos conditionnements

Mon enfant m’insulte : que se passe-t-il ?

on

Votre enfant a 7 ans ou plus et il se permet de vous lancer une insulte, de vous dire un gros mot.

  1. Qu’est ce qui est en jeu dans ce genre de situation ?

 Du côté du parent : Vous vous sentez heurté, dépassé, surpris par cette insulte.

Vous sentez votre autorité de parent en remis en cause.

Vous ressentez que votre enfant ne reste pas à sa place d’enfant. Il prend le pas sur vous. C’est la lutte de pouvoir.

 

Les réactions habituelles constatées :        Les parents punissent car ils veulent reprendre le pouvoir. (privation d’un objet type tablette, d’une sortie, fessée, menace (je vais te mettre en pension)

Les parents demandent des excuses.

 

 

Du côté de l’enfant :            Il est en colère

Il se sent blessé et il  veut vous blesser en retour. Il sait qu’un tel mot, qu’une insulte  va faire mouche.

 

  1. Comprendre ce qui se passe

Eclairage :      Votre enfant  ne sait pas gérer cette colère (son cerveau n’en n’est pas apte. Son cortex pré-frontal n’est pas mature ; il ne le sera qu’à partir de 25 ans…)

Votre enfant a réagi avec son cerveau du bas. Il s’est senti agressé et il a réagi. (Injustice, colère, frustration….)

Vous avez agi  vous aussi avec votre cerveau du bas (vous vous  êtes sent agressé et vous avez réagi)

 

Ce que l’on aurait pu faire :

  1. Prendre conscience que cette insulte était pour vous faire réagir et vous blesser car il s’est senti agressé. Ça a réussi !!!
  2. Comme c’est vous le parent qui êtes plus âgé que 25 ans, c’est vous qui avez la capacité d’utiliser votre cerveau du haut : de swicher votre cerveau.)
  3. Comprendre que cette insulte est là pour exprimer une émotion très forte, un sentiment d’agression très fort. Même si c’est difficile à entendre. Votre enfant en est arrivé là car il n’avait probablement pas d’autres solutions à sa portée.
  4. Calmer la situation ne pas sur réagir en punissant où menaçant.

 

  1. Comprendre sans pour autant valider le comportement.

 

Accueillir : « Ouuuuu j’entends bien que tu es très en colère »

Poser ses limites avec fermeté et bienveillance : « Ok tu es en colère, tu trouves que ce que j’ai dit, j’ai fait est injuste……mais j’aimerai que tu me le dises autrement. Ces mots-là, je ne les accepte pas. Donc on va refaire tout ça. »

Laisser à  votre enfant  un temps pour se calmer. Lorsqu’il est en  colère, son cerveau du bas a pris le contrôle et il ne peut pas utiliser son cerveau du haut (celui qui permet d’agir avec responsabilité) . ces 2 parties se mettent en action de manière successive. Mais cela, instinctivement, vous l’avez déjà remarqué (on ne peut raisonner un enfant ou un adulte en colère !)

 

S’il est plus grand : permettez-lui de sortir sa colère en criant dehors, en courant, en tapant dans quelque chose, en lançant un objet décidé …..

 

Puis rappelez-le et demander lui de redire son mal être avec d’autres mots. S’il ne sait pas le faire : proposez-lui des phrases et il choisit celle qui lui convient le mieux.

« Quand tu me disputes parce que  j’ai frappé ma sœur et que c’est elle qui a commencé, je trouve ça injuste et ça me met en colère. «

« Je me sens en colère quand tu me punis alors que c’est elle qui a commencé »

« Je suis en colère, je suis en colère, je suis en colère »

 

OK, je veux bien entendre ce que tu as à me dire.

le plus difficile est d’accepter de jouer le jeu et d’entendre les reproches qu’il a à nous formuler. Et OUI, nous ne sommes pas parfaits, nous blessons aussi nos enfants par nos paroles, nos actions, nos décisions. Il faut le savoir et l’accepter!

 

Conclusion : je suis prêt à t’entendre quand tu es en colère mais pas quand tu m’insultes.

Etre attentif en tant que parent, à ne pas laisser une situation se détériorer au point que l’enfant se sente obligé de passer par l’insulte pour se faire entendre.

Essayer d’être juste dans les conflits entre enfants.

Accepter d’être remis en questions par nos enfants.

Ne pas trop prendre le rôle de celui qui tranche, laisser les enfants communiquer entre eux et être plutôt un médiateur. Cf le message clair.

Trancher en dernier recours.

 

Soyons conscients

Christelle

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

Qu’il ne soit pas coupé, Qu’il n’y ait aucune modification de contenu, Que vous fassiez référence à notre site : chriszanco.com,  Que vous mentionnez le nom de Christelle Zanco.

 

 

 

A propos de Christelle Zanco

Je suis une maman désireuse de devenir la maman cachée au plus profond de moi. La maman du cœur, qui se détache peu à peu de ses conditionnements imposés par mon éducation et par la société. Je cherche le chemin pour y accéder. C'est ceci que je souhaite partager sur ce site en toute humilité et en toute bienveillance. Je ne donne pas de solutions toutes faites mais je souhaite aider à réfléchir celles et ceux qui le veulent. Par mon partage, j'espère que le plus grand nombre réussira à se rapprocher de ce parent qu'il espère être du plus profond de son cœur. Merci à vous. Christelle

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *